Anxiété de séparation, ce trouble croissant

L’anxiété de séparation chez le chien est un des problèmes pour lequel on me contacte le plus pour le moment. C’est la peur panique d’être seul, « abandonné ». C’est un trouble classique chez le chien, surtout en période de confinement. Vous avez décidé d’acquérir un chien car, étant en télé-travail, car c’est un bon moment d’avoir un nouveau compagnon, et de bien s’en occuper. Or, la réalité du terrain n’est pas toujours au rendez-vous: vous télé-travaillez, devez en même temps vous occuper des enfants, vous ne le promenez pas autant que prévu, il ne rencontre pas beaucoup de congénères, or, la socialisation est fondamentale pour l’équilibre du chien (nous y reviendrons)

Une fois le confinement terminé, vous allez retourner au travail, à l’école, à votre vie sociale; votre chien n’a jamais été seul et soudain, on lui impose cette solitude. Or, le chien étant un animal grégaire, être en « groupe » est inhérent à sa nature. 

La raison du trouble

L’anxiété de séparation se développe à partir du moment où le/les maîtres quittent soudainement le domicile. Fin du télétravail, enfants à l’école, activités; bref, vous n’êtes plus aussi présents qu’avant. La solitude n’est absolument pas naturelle pour lui (encore moins si elle est soudaine), elle s’apprend. Le chien se retrouve subitement seul et il peut considérer cela comme un abandon, ne sachant pas si ses maîtres vont revenir, se retrouvant dans ce cas de figure subitement, sans savoir pourquoi tout le monde est parti.

Les conséquences du trouble

Votre chien voit toute sa famille partir et ne comprend pas pourquoi. Cela peut provoquer divers comportements plus ou moins inquiétants: des attaques de panique, qui peuvent provoquer pleurs, aboiements, destruction (le chien complètement paniqué se rue sur ce qu’il trouve pour essayer de se calmer), auto-mutilation liée au stress, une obsession de regarder par la fenêtre, ou derrière la porte d’entrée avec mordillements de la porte pour essayer de sortir, et, pire, une défenestration (cas réel)

Le chien n’est pas territorial, il est chez lui, certes, mais ce qui compte le plus c’est être avec ses maîtres, où qu’il soit. 

Apprendre au chien à être seul

Comme la solitude n’est pas naturelle, le chien doit apprendre à être seul. De nombreuses méthodes progressives et douces existent pour que le chien, petit à petit, apprenne que rester seul n’est pas si grave car il reçoit quelque chose en compensation, qu’il va commencer par être seul pendant une coure durée, etc. De nombreuses méthodes existent pour chaque cas de figure. Cela se travaille et donne d’excellents résultats.

intervenir maintenant

Il est donc crucial d’apprendre la solitude à son chiot dès son plus jeune âge (plus tôt il apprendra la solitude, plus il trouvera cela acquis et normal) et de réapprendre la solitude à un chien adulte, avant que vous ne retourniez au bureau, à l’école, au resto, etc. Que ce chien adulte provienne d’un autre ménage, d’un refuge, ou d’un abandon, il risquera fortement de développer davantage ce trouble, ayant été privé de ses besoins de présence et d’amour toute sa vie.

Certains chiens comprennent en une séance, pour d’autres cela peut être plus long mais avec l’aide d’un bon professionnel en comportement canin, votre chien, via une approche positive et du conditionnement, ne souffrira plus de solitude. 

Attention, quand je parle solitude, j’évoque des absences de quelques heures, pas de 10 heures, ce qui reste très long et difficile à vivre pour un chien.

Voir aussi « dog walking »

Sonia Quertenmont, votre Dog Nanny